Cinéma

Cinéma : La 2ème édition du concours de scénarios de courts métrages est lancée.

C'est le Ciné Burkina de Ouagadougou, qui a accueilli le lancement de la 2ème édition du concours "Deux Meilleurs Scénarios de Courts Métrages", qui se déroulera du 19 janvier au 30 mars 2024. Cette cérémonie de lancement a vu la projection du film lauréat de la 1re édition, "LE BOTANISTE" de Floriane Zoundi.

Le concours « Deux Meilleurs Scénarios de Courts Métrages » est une initiative de l’Association Cinéma et Développement (ACD). L’objectif de l’ACD, en partenariat avec Film 21 et la LUNA PRODUCTIONS, est de soutenir financièrement et techniquement les jeunes cinéastes burkinabè. Cela entre en droite ligne avec sa volonté de promouvoir le 7e art au Burkina Faso.

Séance de projection du film « LE BOTANISTE ».

Les dépôts des projets se feront en ligne sur les sites de Ciné Burkina et de la FNCA, jusqu’au 30 mars 2024. Et pour ce qui est du bilan de la 1re édition,  le Producteur Adama Roamba, a exprimé toute sa satisfaction.

Il a souligné par ailleurs que le film lauréat a déjà remporté plusieurs prix, dont le prestigieux « Clap Ivoire » en terre ivoirienne. En poursuivant, le Producteur a confié que la 2ème édition du concours vise à présenter les deux meilleurs scénarios au prochain FESPACO.

Adama Rouamba ( en blanc à g.) et Floriane Zoundi (en violet à d.)

Floriane Zoundi est la Réalisatrice du film lauréat « LE BOTANISTE ». Elle a indiqué avoir partagé son inspiration, tirée du contexte social national, en mettant l’accent sur la crise sécuritaire dans son pays le Burkina Faso. Son scénario raconte l’histoire d’un spécialiste des plantes tropicales utilisant ses connaissances pour neutraliser des terroristes. La lauréate de la 1re édition a souligné que le projet était une opportunité de révéler de jeunes talents.

Les critères de participation au concours incluent des scénarios de moins de 27 minutes, des scénaristes de moins de 46 ans. La première édition ayant remporté un succès notable, l’édition en cours promet de renforcer le panorama cinématographique au Burkina Faso, en encourageant l’émergence de nouvelles voix créatives.

Sata P.

Pour Vox Kultur 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer